Accueil Qui sommes nous ? Visiter Nos horaires Plan d'accès Tarifs
Accueil Pisciculture de Villette >> Tarifs
Produits du terroir des Yvelines
Elevage artisanal
Fumaison au feu de bois
   >> Truite fumée
   >> Saumon fumé
Terrines et rillettes de poisson
Boutique du terroir
Pêche en étang et bassins de pêche pour les enfants
Pêche en bassin pour enfants
Pêche à la truite en étang
Location pour les groupes
Vente de carpe koi
En saison dans nos viviers
Koï import Japon Grade A
Koï B & C - poissons d'ornement
 
 

F.A.Q.

     
 

FUMAISON

Fumaison à froid, fumaison à chaud, quelle différence ?

BASSINS DE JARDINS / ETANGS D'AGREMENT

Les esturgeons sont-ils adaptés à la vie en bassin de jardin ?
Combien de temps peut-on transporter des poissons d'ornement ?
Pourquoi classer les koï par grade ?
Pour une koï, le grade de qualité a-t'il un rapport direct avec la provenance ?
Amour blanc, amour argenté, sont-ils efficaces ?
Moules d'eau douce, sont-elles efficaces ?
Comment utiliser le sel pour soigner ses poissons de bassin ?
Quelques astuces pour les petits bobos...

AQUACULTURE

Avec quoi nourrissez-vous les truites ?
Utilisez-vous des médicaments pour poissons à la Pisciculture de Villette ?
Comment devient-on pisciculteur, est-ce un métier facile ?

FUMAISON

Fumaison à froid, fumaison à chaud, quelle différence ?
Ce sont deux méthodes très différentes qui permettent de fumer le poisson.

A la pisciculture de Villette, nous utilisons les deux :

Pour nos truites, nous fumons à chaud :
le four en briques réfractaires est chauffé au bois à plus de 220°C afin d'emmagasiner des calories (un peu comme un four à pain). Ensuite, lorsque les flammes ne risquent plus de griller nos poissons, ces derniers sont enfournés suspendus à des grilles. Nous ajoutons des sciures de bois (sélectionnées) sur les braises, afin d'augmenter la quantité de fumée. les truites cuisent donc en même temps qu'elles fument, et le procédé est rapide puisqu'au bout d'une heure les truites sont prêtes, cuites et fumées à point, et ne mettent que quelques minutes à rejoindre notre magasin.

Pour nos saumons, nous fumons à froid :
le four en inox est muni de tiroirs dans lesquels nous faison brûler des copeaux et des sciures de bois sélectionnés. Les saumons sont en filets, posées à plat sur des grilles, et sont séchés une nuit complète avant que nous commencions à fumer. La fumaison proprement dite dure la journée complète, et la température dans le four n'exèdent jamais 25°C. Le poisson demeure donc cru, sa texture de chair n'est pas du tout la même que pour nos truites. Nous pouvons ensuite le parrer (enlever les arêtes...) et le trancher, le tout fait main, évidemment.
Ces deux méthodes sont différentes, et le résultat est dans les deux cas succulent. Nous fumons également des anguilles, avec un procédé intermédiaire, "mi-cuit", en quelques sortes...

BASSINS DE JARDINS / ETANGS D'AGREMENT

Les esturgeons sont-ils adaptés à la vie en bassin de jardin ?

En France, la plupart des esturgeons vendus pour l'ornement sont des Acipenser baeri, également appelés esturgeons sibériens. Ils affectionnent les eaux plutot fraiches et oxygènées (à l'origine ils vivent dans les estuaires, les fleuves et les grands lacs).

Idéalement, il est donc judicieux de préférer les bassins qui sont alimentés par une source ou un ruisseau. Cependant, dans le cas d'un bassin clos, même équipé d'une pompe de recirculation, il faut au moins 3 m3 par esturgeon, avec de l'ombre ou un coin de fraicheur (donc une certaine profondeur, 90 cm à 1 m semble être le minimum), sinon il y a un risque de manque d'oxygène pendant l'été. Evitez d'introduire des poissons trops petits (moins de 30 cm), ils sont juvéniles donc très fragiles.
Dernier conseil : attention aux algues filamenteuses, elles ont tendance à colmater les ouïes des esturgeons qui les mangent en recherchant leur nourriture.

Combien de temps peut-on transporter des poissons d'ornement ?

Pour vos koï et vos poissons rouges, nous vous fournisons un sac gonflé à l'oxygène qui vous donne plus de 24 heures d'autonomie pour le transport. Au besoin nous fournissons un emballage isotherme pour éviter de trop grandes fluctuations thermiques. Pour les esturgeons ou les amours blancs, le principe est le même, mais les durées de transport divisées par deux. Essayez de vous munir d'un contenant (type lessiveuse ou caisse plastique) ou nous calerons le sac plastique. Il faut que la dimension du bac soit suffisant pour faire tenir à plat le poisson. Dans tous les cas il n'y aura aucune éclaboussure dans la voiture !

Pourquoi classer les koï par grade ?

La classification A, B, C des koï est purement suggestive.
Pour un puriste, seul le grade A mérite l'appelation de koï, ou plutôt de nishikigoï.

Cependant généralement les amateurs s'accordent sur la classification suivante :
Carpe Koi grade A (ou nishikigoi) correspond aux critères de classification des concours internationaux (couleurs, motifs, silhouette, etc... - règles établies à l'origine par les japonais).
Chaque poisson doit pouvoir instantanement être répertorié dans une des familles reconnues.

La carpe koi grade AA est l'appelation parfois réservée au poissons dignes de participer à un concours (très rare en France car peu d'amateurs prêts à mettre le prix).

Carpe Koi grade B : ces koï sont généralement issus de géniteurs grade A, mais ils sont déclassés, soit pour un défaut de silhouette, soit de couleur, soit de répartition des couleurs...Parfois il y a de bonnes affaires car évidement ils sont moins chers. A noter que même avec 2 excellents géniteurs grade A, on obtient guère plus de 1% de descendant grade A (sauf pour certaines familles à robe unie ou les résultats sont meilleurs).

Koi grade C (ou koï européenne), en général ce sont les descendants lointains de carpes de grades supérieurs, leurs couleurs sont plus fades et elles n'ont pas de motifs bien défini. Elevées en étang, elles sont robustes, grandissent vite, et sont idéales pour égayer un bassin ou un étang si on s'interesse peu aux koï et que l'on ne souhaite pas investir dans des poissons plus chers.

Enfin pour finir il faut préciser qu'il n'y a pas de norme et ce qui concerne les koï, par conséquent le vendeur peut facilement abuser son client débutant sur le grade de ses poissons. Ainsi on voit très fréquement des animaleries et des enseignes connues vendre des koï sous l'appellation "koï japon" ou "koï grade A" ou encore "Qualité A" alors que les poissons sont des grades B voir des koï européennes bas de gamme... Alors soyez patients et prennez votre temps pour choisir des beaux poissons.

Pour une koï, le grade de qualité a-t'il un rapport direct avec la provenance ?

Dans l'absolu, les grades ne refletent aucunement une provenance ou une zone géographique. Cependant les grade A proviennent très souvent du japon (parfois des USA), les grade B d'Asie et d'Israel, un peu d'Europe, les grade C viennent d'Europe car ce n'est pas rentable d'en importer d'ailleurs.
Théoriquement, on peut parfaitement élever des grade A en France, mais la grande difficulté repose sur la maîtrise de la séléction génétique, ce que personne pour l'instant n'arrive à faire avec la même qualité que les éleveurs japonais.
Certains importateurs de koï font du grossissement, c'est à dire qu'il font grossir les koï grade A pour les vendre avec une taille supérieure. La aussi c'est délicat, (surtout d'un point de vue sanitaire), et seuls de grands spécialistes y parviennent parfaitement.

Amour blanc, amour argenté, sont-ils efficaces ?

Les carpes herbivores, ou encore amours blancs, sont très efficaces pour réduire les algues dans un plan d'eau. Ils sont assez craintifs et sauvages, et deviennent très gros en quelques années, redoublant d'efficacité. Ils sont de loin la solution la moins coûteuse pour ceux d'entre-vous qui ont des petits étangs envahis de végétation. Pour savoir combien de poissons introduire, il faut un diagnostique précis en fonction des variétés de plantes présentes, le taux d'envahissement et bien sûr, la surface du plan d'eau...Contactez-nous ! Nous vous déconseillons d'introduire des amour blancs dans les cas suivants : - si votre bassin est petit (moins de 10 m3) : ils auront du mal à trouver leur équilibre. - si les poissons sont juvéniles (moins de 15 cm) : ils sont assez fragiles, et ont toutes les chances de mourrir en quelques semaines. - si vous souhaitez conserver une flore variée et développée : ils ne distinguent pas les algues et les plantes génantes de celles que vous avez planté patiemment... Les amours argentés ont une action filtrante. Ils se nourrissent donc de phytoplancton, mais leur action "éclaircissante" est très discutable : en effet plus ils éliminent les microalgues, plus l'eau s'éclaircit et plus il y a de photosynthèse. Par conséquent d'autres micro-algues réapparaissent, et l'eau ne s'éclaircit pas vraiment... Par contre ces poissons très originaux d'un point de vue esthétique n'abîmerons pas vos plantations. Ils deviennent aussi très gros, alors attention à ne pas les introduire dans un trop petit bassin...

Moules d'eau douce, sont-elles efficaces ?

Les moules d'eau douce filtrent l'eau pour se nourrir de phytoplancton. Cependant leur action sur la turbidité du bassin est négligeable. Ne les introduisez que si vous souhaitez diversifier la faune de votre bassin, mais sans espérer un résultat miracle pour éclaircir l'eau...

Comment utiliser le sel pour soigner ses poissons de bassin ?

Le sel (ou chlorure de sodium NaCl) est le premier remède d'urgence pour vos koï et vos poissons rouges. Le sel permet de traiter et d'éliminer rapidement la plupart des parasites et maladies externes de vos poissons (maladie des points blancs, champignons, mousses, nécroses des nageoires, plaies, etc…) Il permet également d'annihiler la toxicité des nitrites.

Il est très économique, ne perturbe pas les bactéries de votre système de filtration. Dans la mesure du possible, il faut utiliser du sel non iodé.

Deux méthodes possibles pour administrer le traitement :
1°) Traitement de l'ensemble du bassin - Le dosage doit être de 0,2% de sel (0,3% maximum, ce qui représente 2 kg de sel par mètre cube d'eau (1000 litres). Commencez si possible par renouveler 20 à 50 % de l'eau du bassin (attention au chocs thermiques).
Ensuite verser 1 kg de sel par mètre cube toutes les 12 heures à 3 reprises, pour arriver à 3 kg/m3 en 36 heures (pour appliquer, dissoudre le sel dans un arrosoir d'eau de bassin). En cas d'urgence, appliquer 2 kg par m3 en une seule fois.
Laissez agir 2 semaines, puis renouvelez 5 à 10 % de l'eau chaque jour pendant 10 à 15 jours pour éliminer le sel.
Attention : Le sel ne dérange pas les nénuphars ni les iris. Il peut faire jaunir les laitues et les jacinthes. Les élodées ne le supportent pas, placez-les à part pendant le traitement.

2°) Traitement du poisson malade par balnéation
Le dosage doit être de 2% de sel (3% maximum), ce qui représente 20 g de sel par litre d'eau. Préparez votre sel dans un seau de quelques litres d'eau du bassin, attention à la pesée du sel ! Une fois le sel dissous, capturez votre poisson à l'épuisette et placez-le dans le seau pendant 10 mn maximum. Surveillez attentivement le poisson. S'il donne des signe de faiblesse et qu'il se couche sur le flanc, interrompez le traitement et remettez le poisson dans le bassin avant de recommencer à une dose moitié moindre. Si le poisson est agité et essaie de sauter, c'est "normal", traitez 10 mn maxi. A renouveler tous les 2 jours… en alternance éventuelle avec un autre traitement.

Quelques astuces pour les petits bobos...
Votre koï ou votre poisson rouge souffre d'une plaie ouverte (écaille perdue, égratignure, coup de bec de héron...) ou d'une nécrose des nageoires ? Il faut être vigilant, car s'est une situation propice à une infection (bactérienne, fongique ou parasitaire).
Voici deux produits en vente en pharmacie, peu chers et souvent bien plus efficaces que tous les remèdes très coûteux vendus en animalerie...
La BETADINE en GEL (et non liquide). Badigeonnez délicatement la plaie (et uniquement la plaie) avant de remettre le poisson à l'eau.
Le PERMANGANATE de POTASSIUM : il s'achète liquide, appliquez-le délicatement avec un coton sur la plaie avant de remettre le poisson à l'eau.
Ces produits sont idéals en altérnance avec le traitement au sel en balnéation.

Il existe deux autre produits, plus durs à trouver, très efficaces en balnéation contre les problèmes fongiques et parasitaires :
La CHLORAMINE T et le VERT MALACHITE, ce dernier s'appliquant souvent en association avec le formol. Les dosages sont délicats et dépendent de la concentration de la solution mère : référez-vous à la notice.
Quant au BLEU DE METHYLENE, il est peu efficace pour les poissons de bassin, il est préférable de ne l'utiliser que de façon préventive et non curative.

AQUACULTURE

Avec quoi nourrissez-vous les truites ?

Les truites sont des poissons carnivores qui en France sont nourries avec des aliments riguoureusement contrôlés, composés de farines et d'huiles de poissons dont la provenance est entièrement tracée, et également d'une petite fraction de céréales (sans OGM). Il n'y a donc pas de farine d'animaux terrestres dans les aliments pour poissons. D'autre part la profession est très attentive à ce que les normes concernant les taux de dioxines ne soient jamais dépassées, ce qui oblige les fabricants d'aliments à contrôler chaque lot de poissons sauvages entrant dans la composition des aliments.

Utilisez-vous des médicaments pour poissons à la Pisciculture de Villette ?

Notre pisciculture artisanale est axée sur l'affinage des truites. Nous recevons depuis des alevineurs et éleveurs "sains" nos petites truites, presque adultes. Celles-ci finissent de grossir chez nous. Dans notre pisciculture nous n'utilisons pas de médicaments (donc pas d'antibiotiques). Afin de prévenir les problèmes sanitaires, nous pratiquons une désinfection préventive du matériel et des viviers. C'est un choix rare qui implique une mortalité supérieure à celle d'un élevage utilisant des médicaments, mais nous avons fait ce choix dans un but de qualité et de meilleure communication pour nos ventes. Dans le cas ou il y a une maladie, il faut alors l'identifier; Certaines impliquent l'abattage du cheptel, mais c'est extremement rare (cela ne nous est jamais arrivé), principalement du fait que les maladies des salmonidés ne sont pas transmissibles à l'homme. Donc un poisson malade est encore commercialisable pour la consommation. Par contre certaines maladies virales impliquent que les poissons ne peuvent plus etre réintroduits en rivière ou étang, de facon à ne pas disséminer la maladie. Plusieurs élevages en france sont interdits de vente de poisson vivant, en attente d'éradiquer le virus (par un assec avec désinfection en général).

Comment devient-on pisciculteur, est-ce un métier facile ?

Beaucoup de jeunes gens viennent vers moi pour se renseigner sur le métier de pisciculteur, ou parce qu'ils ont un projet professionnel en ce sens. Ce sont des questions très ouvertes auxquelles je ne puis apporter que des pistes afin que vous trouviez vous même vos propres réponses. Tout d'abord, il faut savoir que c'est un métier difficile et sinistré, puisqu'il y a beaucoup moins de pisciculteurs aujourd'hui qu'il y a une vingtaine d'années.
D'autre part, il ne suffit pas d'aimer la pêche et les poissons pour se lancer ! C'est un métier complet : commerce, gestion, paperasseries innombrables, livraisons, travail en atelier de transformation, entretien du matériel et du site (plomberie, maçonnerie, espaces verts...), et enfin soins aux poissons. Par conséquent, il faut avant tout être courageux (le travail 7 jours sur 7 n'est pas rare), polyvalent, commercant, aimer la nature (mais aussi aimer travailler tout seul dans son coin pendant que les autres se reposent !). Quant à la pêche, et bien en général un pisciculteur n'a pas le temps d'y aller... ou si peu.
En bref, c'est un métier passionnant mais difficile.
Il existe en France d'excellentes formations à plusieurs niveaux : BEPA, Bac pro, BTSA, voire deuxième et troisième cyles universitaires ou ingénieurs : renseignements dans les centres d'orientation, sur internet...
Le problème réside dans le fait qu'il y a beaucoup plus de diplômés que de places disponibles sur ce tout petit marché de l'emploi. Mon conseil est donc de faire des études plus "généralistes" tant que vous le pouvez, ou de se spécialiser dans une filière connexe plus riche en emploi (environnement, agriculture et espaces verts, etc...). Ensuite, vous pourrez toujours vous spécialiser en reprennant un enseignement piscicole à votre niveau.
Le résultat, c'est que si vous ne trouvez pas de travail en aquaculture, vous pourrez toujours trouver un autre travail en attendant.
N'oubliez pas : sérieux, motivation et courage (avant même la passion) sont les clés du métier.

 
         

       
Foire aux questions Nos recettes de cuisine Le coin presse Plan du site Nos partenaires Mentions Légales
Pisciculture de Villette - Rue de Rosay - Tél. : 01 34 76 30 04 - 78930 Villette - Yvelines 78